Réflexions sur les calculs de taux d’occupation des UM SSR d’HC

Régulièrement, nous constatons des taux d’occupation de services d’hospitalisation complète en SSR, calculés à partir de données PMSI, qui sont incohérents. 

Nous définirons classiquement le TO d’une UM comme ceci : TO = (nombre de JP* sur la période civile) / (nombre de lits de l’UM sur la période civile)

Ces calculs, à priori « simples », recèlent en effet quelques points d’attention qui doivent être maîtrisés pour être justes et donc exploitables.

# Ne prendre en compte que les JP de la période civile
C’est le principal redressement à opérer et la cause principale des incohérences relevées. Les RHS étant à cheval sur les débuts et fins de périodes civiles, il convient de « rapprocher » les JP issues des RHS des périodes civiles pour éliminer les JP hors de la période choisie.
Exemple avec le calcul du TO sur la période M9 2017 :
a) on ne tient pas compte des RHS des semaines de 2016 jusqu’à la semaine 51 de 2016 pour les séjours avec une partie dans la période
b) dans le RHS de la semaine 52 de 2016, ne retenir que la présence le dimanche, qui correspond au 1er janvier 2017
c) dans le RHS de la semaine 39 de 2017, exclure le dernier jour qui correspond au 1er octobre 2017

# Travailler au niveau des RHS
Le comptage des JP doit se faire au niveau des RHS en tenant compte de la date de sortie de séjour (voir ci-dessous # Les jours de sortie hors Décès). Cela permet de gérer le cas des séjours multi-UM.

# Traiter ad’hoc le cas particulier des séjours terminés avant le 1er mars 2017.
Jusqu’au 1er mars 2017, ce n’était pas la règle de présence à minuit qui s’appliquait. Il y avait donc des journées comptées qui ne le sont plus (exemple : une sortie un vendredi soir) et, à l’inverse, des journées non comptées qui le sont depuis lors (exemple : une rentrée de permission un dimanche soir). Globalement, cela s’équilibre et, en pratique, nous ne retraitons pas. Mais il peut y avoir des cas particuliers qui l’imposent.
En 2018, ce cas particulier ne se posera plus.

# Les jours de sortie hors Décès
Les jours de sortie hors Décès ne sont pas cochés comme JP dans les RHS. Il convient pourtant de les réintégrer car, bien que non valorisés, il est raisonnable, en HC, de considérer que le lit est occupé ce jour là et que le jour n’est pas compté 2 fois car il n’y a pas un nouveau patient qui rentre dans le lit le même jour.

# Les permissions
Faut-il exclure ou pas les journées de permissions du nombre de JP calculé pour le calcul des TO ?
Nous ne le pensons pas, car ces lits, bien que non valorisés, sont « bloqués » pendant la permission donc « occupés » de fait.
Cela veut donc dire que le nombre de JP utilisé pour le calcul des TO est différent du nombre de JP absolu.

# Le nombre de lits
Vérifier régulièrement la justesse de ce nombre par UM par rapport aux disponibilités réelles des lits par UM
Adapter le calcul en intra-annuel si nécessaire (par exemple : 30 lits au 1er semestre et 25 lits au 2eme semestre).

Pour aller plus loin :
On a vu que dans le calcul du TO standard, on comptabilisait des journées valorisées en DMA et des journées non valorisées (comme les jours de sortie hors décès). Il peut donc être intéressant de calculer aussi un TO avec les seules JP valorisées en DMA en considérant que les jours de sortie hors décès en ZF sont valorisées par le TZF.

*JP = Journées de Présence au sens PMSI (présence à minuit)

Si ce type d’analyses vous intéressent, vous pouvez vous abonner à nos analyses exclusives PMSI SSR réservées au membres du réseau Les Pros du PMSI (inscription gratuite)

Utilisateurs T2A VIEWER SSR : vous retrouvez les calculs détaillés de TO, avec ces hypothèses, dans l’écran « Fréquentation et taux d’occupation SSR » du menu « Vue établissement »

Copyright © T2A Conseil – Imprimer cet article