Le nouveau tableau OVALIDE SSR 1.V.1.SV – SSRHA/RHA

Avec l’arrivée de la DMA, OVALIDE SSR propose de nouveaux tableaux sur le sujet, consultables sur le compte ePMSI de l’établissement et regroupés dans une rubrique appelée logiquement Valorisation.

Parmi ces tableaux, un premier tableau commun aux établissements ex DGF et ex OQN que nous allons commenter dans cet article : 1.V.1.SV – SSRHA/RHA valorisés

C’est le premier tableau fondamental à consulter car il indique la part des séjours d’HC et de journées d’HP valorisés au sens ePMSI = séjours classés dans un GMT hors erreur ET terminés ou non terminés de plus de 90 J ET facturable à l’Assurance Maladie

Or en 2017, la part des séjours et journées non valorisés en DMA dans ePMSI est très importante, souvent supérieure à 30% voire 40% ! Autant dire qu’il n’est pas possible via ePMSI à un établissement d’analyser ses recettes DMA de l’année en cours.

L’intérêt de ce tableau va donc être de quantifier les différentes populations de séjours et journées non valorisées pour voir lesquelles peuvent être corrigées.

Commentaires des 11 lignes du tableau : Continue reading

Les nombres moyens de types de séances MCO par patient en 2016

De nombreux établissements ex-DGF produisent 1 séjour RSS par séance de la CMD 28 des séances. Compte-tenu du nombre de séances itératives, ces RSS de séances peuvent représenter un nombre disproportionné de RSS par rapport au nombre total de RSS produits par l’établissement. Cela fausse évidemment les analyses sur le nombre total de séjours produits par un établissement, raison pour laquelle il est courant d’exclure l’activité de la CMD 28 des analyses sur les séjours, à commencer par les calculs de DMS.

Pour un calcul raisonnable du nombre de « réels » séjours de séances, au sens commun d’un séjour commencé avec une première séance et terminé par une dernière séance, il est possible de se référer à l’onglet « Séances » du document excel « Rapport_2016_MCO_exDG » accessible via scansanté (voir lien en Source). Ce document fournit en effet pour les principaux types de séances de la CMD 28 le nombre moyen de séances par patient.

En ex-DGF : 

2016 Nombre de patients, en milliers (en séances) Part en patients Nombre moyen de séances par patient
Dialyse en centre 22,8 5,2% 71,6
Dialyse hors centre 1,7 0,4% 62,9
Chimiothérapie 324,1 73,5% 7,3
Radiothérapie 100,1 22,7% 19,8
Autres séances 58,6 13,3% 4,5
Total séances 441,0 100,0% 14,4

En ex-OQN :

 2016 Nombre de patients, en milliers (en séances) Part en patients Nombre moyen de séances par patient
Dialyse en centre 27,3 18,5% 80,6
Dialyse hors centre 28,4 19,3% 95,6
Chimiothérapie 98,0 66,5% 8,2
Autres séances 10,0 6,8% 3,4
Total séances 147,4 100,0% 39,0

La dialyse en centre comprend les GHM :
Entraînements à la dialyse péritonéale automatisée (28Z01Z)
Entraînements à la dialyse péritonéale continue ambulatoire (28Z02Z)
Entraînements à l’hémodialyse (28Z03Z)
Hémodialyse (28Z04Z)

La chimiothérapie comprend les GHM : 
Chimiothérapie pour tumeur (28Z07)
Chimiothérapie pour affection non tumorale (28Z17)

Les Autres séances comprennent les GHM : 
Transfusions (28Z14Z)
Oxygénothérapie hyperbare (28Z15Z)
Aphérèses sanguines (28Z16Z)

Sources : Panorama nationale de l’activité hospitalière (scansante)
Copyright © T2A Conseil – Imprimer cet article

Classification des GME en 2018 : travaux en cours

La publication du support du comité technique SSR du 02 février 2017, qui réunit les fédérations (FHF, FEHAP, CSSR-FHP), le Collège national de l’information médicale (CNIM), des administrations (DGOS, DSS, DREES) et l’Assurance Maladie, permet d’y voir plus clair sur l’évolution de la classification des GME en 2018.

Principales évolutions de la GME prévues pour 2018 :

# Création de « sous-GN » par GN, subdivision des GN visant à identifier explicitement certaines populations et/ou certaines prises en charge. Exemples : pédiatrie, prise en charge des amputations

# Création de groupes de complexité par sous-GN, se déclinant en 3 niveaux traduisant l’augmentation de la charge économique, à pathologie principale fixée, due aux différentes caractéristiques du patient (CMA, âge, dépendances, antériorité chirurgicale).

# Création de groupes de RR (Rééducation-Réadaptation) par sous-GN, traduisant les différents niveaux de rééducation à patient égal

 Révision des modalités de calcul du score RR pour qu’il soit un indicateur pertinent d’appréciation des ressources économiques consommées par établissement pour réalisation des activités de RR (CSARR, CCAM) lors des prises en charge en SSR (HC/HTP)

Source : Comité technique SSR du 02 février 2017
Copyright © T2A Conseil – Imprimer cet article

Liste des codes CIM-10 de précarité pour le PMSI SSR en 2017

Liste des 21 diagnostics CIM-10 de précarité en 2017 pour le PMSI SSR

Z5500 Analphabétisme et illettrisme
Z5508 Faibles niveaux éducatifs, autres et sans précision
Z551 Scolarisation inexistante ou inaccessible
Z590 Sans abri – CMA
Z5910 Logement insalubre ou impropre à l’habitation – CMA
Z5911 Logement sans confort – CMA
Z5912 Logement inadéquat du fait de l’état de santé de la personne – CMA
Z5913 Logement en habitat temporaire ou de fortune – CMA
Z5918 Logements inadéquats, autres et non précisés – CMA
Z5950 Absence totale de revenu, d’aide et de prestation financières
Z5958 Situations de pauvreté extrême, autres et sans précision
Z5960 Bénéficiaire de la CMUc
Z5961 Bénéficiaire de l’AME
Z5962 Bénéficiaire de minima sociaux
Z5968 Faibles revenus, autres et non précisés
Z5970 Absence de couverture sociale – CMA
Z5978 Couverture sociale et secours insuffisants, autres et non précisés – CMA
Z6020 Personne vivant seule à son domicile
Z6028 Solitudes, autres et non précisées
Z6030 Difficultés liées à la langue
Z6038 Difficultés d’acculturation, autres et non précisées

Source : Guide de lecture OVALIDE SSR ex DGF 2017
Copyright © T2A Conseil – Imprimer cet article

Les 32 règles de codage du guide des situations cliniques MCO en 2017

Le Guide Méthodologique du PMSI MCO 2017 propose 32 règles de codage identifiées chacune par un code dans le chapitre intitulé « Guide des situations cliniques ». Ces règles correspondant aux situations cliniques font l’objet d’une numérotation. Elles peuvent ainsi être identifiées, dans les réponses aux questions adressées à l’ATIH par les établissements et dans les avis rendus par l’ATIH suite aux saisines des unités de coordination régionales dans le cadre des contrôles prévus aux articles L.162-23-12 et L.162-23-13 du code de la sécurité sociale.

Nous avons réuni en 4 listes l’ensemble de ces 30 règles.

1ere liste : 9 règles liées à l’hospitalisation pour diagnostic

[Règle D1] : Lorsque le séjour a permis le diagnostic de l’affection causale, elle est le DP.

[Règle D2] : Lorsqu’il n’a pas été découvert de cause à la symptomatologie, elle est le DP.
La situation clinique relative à la règle D2 est ainsi la seule exception à la consigne selon laquelle il ne peut être codé dans le RUM que des problèmes de santé présents — « actifs » — au moment de l’hospitalisation.

[Règle D3] : Pour les 3 situations diagnostiques décrites ci-dessous, il est demandé d’utiliser le code du motif de recours indiqué
Situation 1 : Lors des séjours (en général programmés) dont le motif a été une exploration nocturne ou apparentée telle que :
• l’enregistrement d’un électroencéphalogramme de longue durée : dans ce cas le code imposé pour le DP est Z04.800 Examen et mise en observation pour enregistrement électroencéphalographique de longue durée ;
• un enregistrement polygraphique : dans ce cas le code imposé pour le DP est Z04.801 Examen et mise en observation pour polysomnographie.
Z04.800 ou Z04.80179 s’impose comme DP quelle que soit la conclusion du séjour, qu’une maladie ait été diagnostiquée ou non.
L’affection diagnostiquée ou la symptomatologie explorée est mentionnée comme DR lorsqu’elle respecte sa définition.
Situation 2 : Lors des séjours pour tests allergologiques. Que le résultat soit positif ou négatif, le DP est codé Z01.5. Ce code s’impose conformément à sa note d’inclusion, quelle que soit la voie d’administration de l’allergène (cutanée ou autre).
Situation 3 : Lors des séjours pour bilan préopératoire ou préinterventionnel. Z04.802 s’impose comme DP, qu’une affection soit ou non découverte au cours du bilan. Une affection découverte au cours du bilan est enregistrée comme un diagnostic associé

Continue reading

Consommations des MO en sus des GHS en MCO en 2016

A partir des fichiers FICHCOMP MED, FICHCOMP MEDATU (pour l’avastin) en 2016 et RSFA-H pour les établissements ex-OQN, l’ATIH a publié sur scansante.com le tableau exhaustif des MO en sus des GHS administrés en 2016 par type d’établissement avec pour chaque MO :
# son code UCD sur 7 positions
# son libellé
# le nombre d’UCD administré
# le montant au prix d’achat

Quelques résultats pour les établissements ex-DGF :
# Sur 590 MO en sus des GHS référencées, seules 322 ont été administrées au moins 1 fois en 2016 et seules 141 ont été administrées au moins 1000 fois.
# Les MO en sus des GHS les plus administrés  :

9213737 REMICADE 100MG PERF FL 548 170
9261110 AVASTIN 25MG/ML PERF FL 16ML 226 761
9220097 HERCEPTIN 150MG INJ FL 189 324
9274762 VIDAZA 25MG/ML INJ FL 187 893
9197719 MABTHERA 500MG PERF FL50ML 152 196
9218261 AMBISOME 50MG PERF FL15ML 149 401
9398352 INFLECTRA 100 MG PERF FL 108 986

Le tableau est exportable sur excel.

Commentaire T2A Conseil :
Pour une MO donnée, en divisant le montant au prix d’achat par le nombre d’UCD administré, on calcule le montant moyen d’achat par UCD en 2016. A comparer avec vos montants d’achats des UCD dans votre établissement.

Source : synthèse nationale médicaments MCO ex DGF – synthèse nationale médicaments MCO ex OQN
Copyright © T2A Conseil – Imprimer cet article